Nous ne sommes pas toujours obligés de dépenser beaucoup pour redonner un second souffle aux murs de notre maison. Il suffit parfois de quelques couches de peinture pour qu’elle retrouve sa fraicheur. À l’instar des autres travaux du bâtiment, l’application d’une nouvelle peinture ne peut se faire sans avoir effectué un diagnostic préalable de la structure. Pour une peinture réussie, il faudra en effet des murs en bon état. À ce titre, il faudra vérifier certains points avant de les repeindre. C’est justement tout l’intérêt de réaliser le diagnostic. 

Pour quelles raisons procède-t-on au diagnostic des murs avant les travaux de peinture? 

Comme nous l’avons mentionné plus haut, tous les travaux du bâtiment commencent nécessairement par un diagnostic de la structure. 

En effet, ce diagnostic permet d’une part de déterminer les troubles affectant les murs de la demeure. Les traces de moisissures ou la peinture écaillée sont par exemple caractéristiques des problèmes d’humidité. Pour garantir la durabilité et l’adhésion de la nouvelle peinture, il faudra alors y remédier. 

D’autre part, il est entrepris dans le but de limiter l’ampleur des travaux de peinture de maison à entreprendre. À côté des réparations à effectuer, le diagnostic permet de déterminer le type et la quantité de matériaux nécessaire à leur réalisation. 

Enfin, le diagnostic permet de mieux appréhender leur exécution, surtout financièrement. En effet, l’expert en travaux de peinture de maison met un devis à la disposition de son client à l’issue de cette première intervention. Ce document lui informera sur les opérations à entamer ainsi que leur coût. 

Quels sont les points à vérifier au cours du diagnostic des murs

Comme vous l’aurez compris, on ne peut passer outre le diagnostic. En effet, pour que le résultat final soit irréprochable, il faut contrôler : 

L’état des plâtres 

Lorsque la surface des murs est farineuse, elle ne peut pas accueillir la nouvelle peinture. Il en va de même quand le plâtre des murs se raye au contact des ongles. Avant les travaux de peinture, il faudra prendre le soin de les brosser. Pour favoriser l’adhésion de la peinture, l’application d’un fixateur, d’un durcisseur ou d’un primaire isolant est également indispensable. 

L’état de la vieille peinture 

Si les murs ont été peints précédemment, il faut vérifier si la peinture tient toujours et qu’il n’y a pas de risque qu’elle s’écaille. Pour cela, on colle un ruban adhésif à plusieurs endroits du mur. On le laissera au moins 12 heures avant de l’arracher d’un coup sec. Si la peinture se décolle, le décapage des murs s’impose. Pour cette opération, l’idéal est de faire appel à une équipe d’expert comme cette entreprise de peinture qui exerce en Alpes Maritimes

La présence de traces d’humidité 

Lorsque les murs sont humides, la peinture s’écaille, il y a des odeurs de moisissures et des traces incommodantes sur les supports. Pour assurer la durabilité de la nouvelle peinture, il importe de remédier à ce type de problème préalablement. 

Les irrégularités sur les murs 

Afin que le résultat soit irréprochable, la surface à peindre doit être parfaitement lisse. À cet effet, il faut impérativement colmater les petits trous et les fissures avec un mortier adapté. Il faudra par la suite poncer les zones de colmatage pour que la surface soit parfaite. Pour éliminer les poussières qui découlent de cette opération, un chiffon légèrement humide sera utilisé pour essuyer les murs. 

Write A Comment